Pourquoi lacapelle-biron ?

"La Foire" - Place du Monument aux morts dans les années 1920
"La Foire" - Place du Monument aux morts dans les années 1920

Le petit bourg rural, à l'écart de tous les grands centres, niché dans une vallée entourée de collines boisées, vivait sereinement au rythme de ses activités commerciales, réunissant les populations alentour à l'occasion des foires et des marchés. Sa situation géographique en faisait un havre paraissant très éloigné des fracas de la guerre. Quelques Juifs étaient venus s'y réfugier et des  groupes de Résistants avaient établi leurs camps dans les forêts environnantes.

Au printemps 1944, pressentant l'imminence d'un débarquement, les autorités militaires allemandes donnèrent l'ordre au général Lammerding, à la tête de la sinistre division SS « Das Reich », de remonter vers la Normandie. Cette division, laminée par l'armée russe, avait fait la preuve de sa cruauté sur le front de l'est. Elle était basée dans la région de Montauban et avait reconstitué ses forces. La mission qui lui fut confiée consistait à éradiquer les foyers de résistance placés sur sa route. Mais aussi à terroriser les populations soupçonnées d'aider les maquisards. Elle devait aussi s'emparer des juifs encore présents dans l'ex - zone libre. Le village de Lacapelle faisait l'objet d'une surveillance particulière de la part de la gestapo et de la milice. Soigneusement préparée, la rafle de tous les hommes de moins de 60 ans fut ordonnée le 21 mai.

Les SS poursuivirent alors leur route sanglante, ne laissant derrière eux que des cadavres et des ruines fumantes, comme à Frayssinet-le-Gelat, Tulle, Oradour-sur-Glane...

Le monument départemental de la déportation

Lacapelle-Biron le village le plus meurtri du Lot-et-Garonne, a été choisi pour accueillir le Monument départemental élevé à la mémoire des victimes des camps de la mort. Commune par commune, les noms de tous les déportés du département disparus dans les sinistres fours crématoires figurent sur cette stèle, œuvre du sculpteur Raymond Buisseret et Grand Prix de Rome 1947. Chaque année, au mois de mai, une cérémonie commémorative réunit les personnalités officielles du département et les représentants des anciens déportés aux côtés de tous ceux qui ne veulent pas oublier.